mardi 14 février 2017

ANGERS L'ESPRIT LAGARETTE Les Cuvées singulières Alix, Titouan,...



Angers 2017. Evénement



Grenier Saint-Jean. La belle rencontre. Rencontre annuelle de tous ceux qui aiment les vins sincères, les vins en biodynamie et autres breuvages qui respectent la nature, le vivant végétal, et surtout le vivant humain, qu'il soit producteur ou consommateur.




En cette année 2017 pour nous « quelque chose de nouveau » s'affiche et s'affirme. 
Ce « quelque chose » se dit dans ce que nous appelons les vins singuliers, plus précisément « Les Cuvées singulières » du Château Lagarette. Celles, qui expriment au mieux et chaque année « L'Esprit Lagarette » par des constructions et configurations particulières.

Nous avons nos deux Cuvées, Cyrus et Renaissance. Et cela depuis plus de vingt ans. Elles sont là bien présentes. Bâties sur des souches de goût qui expriment avec finesse, le lieu et la roche, de Lagarette.

Les Cuvées singulières, ce sont les signatures de l'année, celles qui expriment pour la vigneronne les ressentis du moment et de la période. 

Pour cette année 2017, nous présentons au Grenier Saint-Jean, plusieurs Cuvées singulières :
- La Cuvée Atlantique, celle qui, pendant neuf mois, a fréquenté et affronté les vies multiples de l'Atlantique Nord.
- Les trois 2009 ( Atlantique, Titouan, Renaissance) expriment au mieux « L’ Esprit Lagarette » et favorisent « la savouration ».
- Et enfin, « Alix, le Claret de Lagarette » le vin du 15e siècle, retrouvé, reconstruit, réinventé.

Mais que veut-t-on dire lorsque l'on parle de « L’Esprit Lagarette » ? 
Que suggère-t-on ? À quoi cela nous renvoie-t-il ?

A une puissance cachée, une force spirituelle,  qui guiderait Olympe dans ses choix et dans la conduite de son travail de vinification ? Difficile…

Ou peut-être et tout simplement, un certain type de rapport qui s'est progressivement installé entre le  vivant végétal, le vivant minéral et le vivant humain.
L'humain vigneron ( ne) intervient selon des choix et représentations qui le guident  dans les accompagnements possibles du vivant végétal. De telle manière que celui-ci exprime au mieux et avec le plus de sincérité,  le vivant minéral du lieu, sur lequel  se trouve la vigne et dont elle se nourrit.

« L'Esprit Lagarette » se construit dans ce rapprochement et ces assemblages originaux, entre les trois formes de vivant qui contribuent à ce que se construise le vin.
Yvon Minvielle