jeudi 16 octobre 2014

De la "savouration" à Lagarette !


 Samedi 18 Octobre de 11 h A 13 h       
Château Lagarette, Route du Bourg 33360 Camblanes et Meynac ( près de l'église)

« Les Journées nationales du goût » c’est le 16 et le 17 octobre prochain.  Un événement national que nous vous proposons de poursuivre le samedi 18 octobre. Avec nous et à notre manière à Lagarette autour de cinq millésimes de la cuvée Cyrus. Une verticale !

CYRUS 2006, 2007, 2009, 2010, 2012 .

Une occasion  pour réfléchir et échanger en dégustant sur ce que veut dire « Savourer ». Appréhender la multiplicité des saveurs, la diversité de leurs origines, le lâcher prise devant l’étiquette , les temps de la dégustation, la part de la scénarisation et tout le reste...

ITINERAIRE CONSEILLE
10 h "Le Grand Marché" au coeur du Village de Camblanes, à 200 m du Château Lagarette
11 h  Château Lagarette pour la "savouration" de la verticale CYRUS.

LA CUVEE CYRUS
Pour tous les amateurs de vins à la recherche de vins sincères le Cyrus de Lagarette ne peut être qu'une rencontre bonheur.
C'est un vin qui exprime  avec force le lieu dont il est issu,  la roche mère, le sol, les minéraux, le terroir, l'environnement.
C'est un Bordeaux rare. 100 % Cabernet franc issu d'une très jolie parcelle exposée au levant et travaillé en bio dynamie.
Cyrus  vous donne à vivre un ressenti rare.  Une expression faite de finesse et d'arômes en harmonie.
La matière est présente .  Elle ne s'impose pas.  Discrète elle nous invite à partager les  minéralités  de ce vin singulier.

Merci de confirmer votre présence. A très bientôt.
Olympe et Yvon Minvielle 0603463060 / 0614138966    chateaulagarette@orange.fr

mardi 30 septembre 2014

La question de la nourriture ? Les biodynamistes avant-gardistes !


video

 

Réponse d' Yvon Minvielle le 28 septembre, à ces questions :

Mais pourquoi donc se demandent certains? ont-ils le désir et le besoin de  produire et réaliser un film sur “les batailles du bio, vers la citoyenneté alimentaire” après avoir produit et réalisé, le film “L’Esprit du vin, le réveil des terroirs” ?  Quelles sont les causes, où sont les liens, quelles sont les cohérences ?


 

Y. M. :   " Nous pensons que les  pratiques professionnelles des vignerons en biodynamie dont il est question dans le film “L’Esprit du vin, le réveil des terroirs “  sont des pratiques avant-gardistes porteuses d’une philosophie de la nature, dont les contours et les visées sont en pleine cohérence avec les exigences et défis que nous adresse le moment présent : Harmonies, recherche des équilibres, bonnes utilisation des énergies, prise en compte de nos positions dans le cosmos, compréhension de nos humanités, de leur diversité, de leur singularité, recherche des cohérences "culture/nature", "présent/passé", "macrocosme microcosme", " visible et non visible", etc.  

Il nous fallait donc faire un pas de plus !

Aborder les questions de la nourriture, de la santé et du vivre ensemble et tenter de porter plus loin ce que nous avions lu et compris lors de  la conception, réalisation et production de notre film avec Olympe   “L’Esprit du vin, le réveil du terroir” avec la participation de 22 vignerons du Groupe Renaissance des Appellations autour de Nicolas Joly,  "Coulée de Serrant".www.coulee-de-serrant.com  

Mais d’autres expériences de vie s’ajoutent à cette première ouverture. Nous avons  la chance extraordinaire d’être nous-mêmes vignerons et producteurs de vin en biodynamie au Château Lagarette. Les pratiques vigneronnes de cette approche très traditionnelles,  nous ne nous sommes pas contentés de les décrire dans notre film “L’Esprit du vin le réveil des terroirs” nous les connaissons de l’intérieur, dans leurs logiques internes, dans leurs façonnements intimes.

Nous sommes aussi des militants actifs du mouvement Slow Food et au sein des différentes communautés qui constituent cette organisation nous tentons de comprendre et d’apprendre la diversité des pratiques nourricières. Nous sommes sensibles aux liens profonds que ce que nous appelons la nature tisse avec notre humanité par le moyen de la nourriture.

 
Tout était donc là, présent et disponible. Il nous fallait faire ce film. Nous sommes en marche. Rejoignez-nous. Nous avons besoin de tous pour réussir ce projet. Merci.


yvonminvielle.thesee@orange.fr - 06 03 46 30 60
www.lesbataillesdubio.fr

1er Octobre ! De "L'Esprit du vin" aux " Batailles du BIO "

1er Octobre 2014, tous sur la plateforme KissKissBankBank


Lancement du crowndfunding, "financement par la foule" pour le film “ LES BATAILLES DU BIO”, vers la citoyenneté alimentaire…




Après le film “ L’ESPRIT DU VIN, le réveil des terroirs” sur la viticulture en biodynamie et la sincérité des vins,  Olympe et Yvon Minvielle vignerons en biodynamie et cinéastes, espèrent avec le crowndfundng ( financement par la foule) sensibiliser les consommateurs qui ont le droit de savoir la vérité sur ce qu’ils mangent et sur ce qu’ils boivent.

Tous ceux intéressés sont invités à relayer les informations de ce film par tousles moyens, sms, réseaux sociaux, etc... et à soutenir financièrement ce projet de film  en échange de contreparties à partir de 5 € ( voir le site,  onglet contreparties, www.lesbataillesdubio.fr)

Pourquoi ? Parce que, de la qualité de notre nourriture dépend le moment plaisir du repas partagé avec nos familles nos amis et nos proches mais aussi la création ou la re-création autour de la table d’ espaces citoyens susceptibles nous l’espérons nous le souhaitons de participer de la Refondation de nos démocraties.

Sans oublier toutes les conséquences économiques d’un tel choix  à savoir  soutenir ou  relancer une agriculture paysanne et de proximité, repenser les transports et la transformation des aliments de base ,leur distribution mais aussi et surtout créer de l’emploi, diminuer les dépenses de santé, etc.

C’est donc le 1° Octobre le grand démarrage du projet “Les batailles du BIO, vers la citoyenneté alimentaire !

On largue les amarres, on déplie la grand-voile et en route vers le grand large et la belle aventure. L’ aventure de tous pour que vive ce film où seront portées en avant nos volontés d’agir en tant que citoyens dans les univers de la nourriture, de la démocratie et du développement économique de nos territoires. . Production, Transformation, Transport, Distribution, Consommation, Plaisir et bon usage, pour que nos vies collectives, notre vivre ensemble et nos santés soient meilleures

Premier objectif avec KissKissBankBank : 40 000 € . Budget global du film plus de 200 000 €:  Financements citoyens, privés, publics, sponsors, mentors etc.  Sortie prévue fin juin 2015.

contact@lesbataillesdubio.fr



 

mardi 16 septembre 2014

VIVA SAPORTA !


Viva Saporta !
Une suite en deux questions.
Lors du débat Isabelle Saporta a fait comme elle a pu pour faire passer ses idées, les défendre et ouvrir des brèches pour donner place à de la controverse.
Il n’y a eu ni débat ni controverses. Simplement des positions que de manière, un peu brutale, on se jette à la face, pour marquer son territoire.

Dommage ! Car il y a deux questions radicales qui départagent les impétrants viticulteurs :  
La première concerne l’état sanitaire du sol du domaine, la seconde traite de l’état sanitaire du vin lui-même.
-       Dis-moi quel est l’état sanitaire du sol de ton domaine ? et je te dirai ce que tu peux faire.
-       Dis-moi quel est l’état sanitaire de ton vin ? et je te dirai quels sont les différents ingrédients que tu as utilisés pour le fabriquer.

D’un  côté il y a ceux qui fabriquent du vin (wine-maker) de l’autre ceux qui accompagnent la vigne et le raisin dans son accomplissement (wine-grower)
Silence total sur ces deux questions.
A quand la suite ?
Yvon et Olympe Minvielle, vignerons en biodynamie au Château Lagarette

lundi 15 septembre 2014

TELERAMA PARLE ENFIN DE BIODYNAMIE. GENIAL !

Génial ! Télérama parle enfin de la biodynamie !


On peut aller plus loin et mieux comprendre les pratiques des vignerons en biodynamie avec le film long métrage  d'Olympe et Yvon Minvielle " L'ESPRIT DU VIN, le réveil des terroirs", manifeste du Groupe Renaissance des Appellations dont Nicolas Joly ( Coulée de Serant) est le président.

C' est parce qu'ils sont viticulteurs ( mais aussi cinéastes ) au Château Lagarette en biodynamie, qu' Olympe et Yvon ont pu avoir accès à cette vision intime des pratiques vigneronnes en biodynamie et en restituer...toute la saveur. Le vin de Lagarette tout comme le film "L'esprit du vin, le réveil des terroirs" circulent de part le Monde .
MONTESQUIEU  voyageant de Bordeaux à Londres disait "Je ne sais plus si c'est mon vin qui fait vendre mes livres ou si ce sont mes livres qui font vendre mes vins".  

Yvon et Olympe peuvent dire la même chose. Ils ne savent plus si c'est le vin de Lagarette qui fait  connaître le film "L'esprit du vin"  ou l'inverse . Ce vin de Lagarette dont Michel Bettane a pu écrire il y a plus de dix ans (Revue des Vins de France 2003 ):  " Le Château LAGARETTE rappelle ce que Bordeaux sait faire de mieux que tout autre. Une petite merveille ! "
chateaulagarette@orange.fr


Les jeunes surtout les femmes, les professionnels du vin apprécient Les vins du Château Lagarette, dans la plus part des  grandes villes de nombreux pays,

Pour mémoire :
2003 France 2 ENVOYE SPECIAL "Les vins sans toxique" Reportage au Château Lagarette
2010 : GAULT&MILLAU Château Lagarette "La révélation !

lundi 7 juillet 2014

Le vin d'Olympe met les voiles !



ARAWAK, un voilier de la Compagnie TOWT ...

Evénement !

Un soir de juillet 2014. Un port. Des cartons de vin dans la cale  d’un voilier.  Un thonier. Un équipage jeune : des hommes, une femme. Le capitaine raconte l’histoire de son navire. Il nous parle de voyages. Des routes maritimes de l’Espagne à la Scandinavie. Des images défilent à grande vitesse. Sommes-nous dans le rêve ou dans la réalité ? Les quais sont vides. Les cafés pleins. Du foot sur les écrans de télé. C’est la coupe du monde.

Non ! ce n’est pas du rêve. Nous sommes bien dans le réel. Le port se nomme Royan sur l’estuaire de la Gironde. Le thonier s’appelle  ARAWAK et les cartons de vin embarqués  affichent l’étiquette Lagarette.  Guillaume Le Grand a créé en 2009 à Brest cette Compagnie maritime TOWT( TransOceanic Wind Transport)  avec aujourd'hui une flotte de 13 voiliers qui transportent des produits alimentaires naturels. Une réponse aux défis énergétiques et climatiques. 
C'est le renouveau du transport à la voile ! Un transport écologique !

C’était un rêve d’Olympe un rêve ancien. Le vin embarqué sur un voilier. Souvent dans nos échanges le récit revient. Il fait retour, se reprend. Olympe évoque la mémoire de Jean Ollivier son père, maître tonnelier, qui lui racontait, alors qu’elle était enfant l’histoire fabuleuse de ces vins embarqués sur les quais de Bordeaux qui se bonifiaient au fil des voyages en mer.
Une belle histoire portée par les récits croisés des marins et des tonneliers. Hommes de bois travaillés, hommes de métier, de voyages et de bel ouvrage qui nous aident à retrouver le chemin perdu de nos causes communes. Nos racines.

Le temps a passé, mais le récit se maintient. Il nous invite à soigner nos rêves, à les cultiver assidûment pour qu’ils deviennent un jour réalité. Peut-être même que rêves et réalité ne font qu’un.
Espérance...
Yvon

vendredi 20 juin 2014

Jonathan NOSSITER. Rencontre au Cinéma LUX Cadillac 13 JUIN 2014

Avant Première 

 Photo : Alexandra Minvielle
Florent Lemonier, Yvon Minvielle, Jonathan Nossiter


Résistance Naturelle – un film de Jonathan Nossiter

Notes mise en forme après projection du film, et débat en présence de Jonathan Nossiter invité par Florent Lemonier Directeur du Cinéma LUX de Cadillac en Gironde.
 
"Quand au début du débat, je demande à Jonathan Nossiter quelles sont les raisons qui l’ont poussé, 10 ans après Mondovino à produire et réaliser ce nouveau film Résistance Naturelle, il répond : l’émotion (s).
Emotions générées par la rencontre de personnes intègres et sincères qui font le choix de produire des vins dits naturels. Des vins qui expriment le lieu (où les vins sont produits), le terroir, la roche mère, mais aussi l’humanité de ceux qui accompagnent le cycle annuel de la plante –vigne – ainsi que les différentes étapes de l’élaboration des vins.
Aux origines de ce film, une émotion, des émotions, et l’envie de Jonathan Nossiter, l’énorme envie, semble-t-il, de raconter la vie, les vies extraordinaires de ces vignerons-philosophes.
Car c’est bien de ceux-là qu’il s’agit, des vignerons (ils sont quatre) nous racontent leurs rapports au monde, leur philosophie de ces mondes, des mondes aux sein desquels ils ont progressivement bâti leur vie. Mondes du vin, mais aussi mondes de la nourriture, mondes  anciens, mondes  nouveaux, monde de la ville et de la campagne, monde du politique, monde de l’Italie, monde de l’Europe et d’ailleurs.
Mais Jonathan Nossiter ne se satisfait pas des récits de ces vignerons-philosophes dont il apprécie la qualité de la présence. Il pratique avec habileté l’insert d’extraits de films anciens dans les discours présents et actuels de ces vignerons-philosophes. Il fait une place au cinéma, son autre passion, sa passion majeure. Une séquence, un court extrait de film se glisse,  dans le corps du récit, renforçant un sentiment, le faisant dévier ou encore le radicalisant. Assembler, composer, suggérer, déplier ou replier les différents items pour traduire l’émotion de la rencontre avec ces vignerons.
Bien que Jonathan Nossiter s’en défende  ce film, n’est pas que l’expression d’un ressenti qui nous émeut. Résistance Naturelle est avant tout un film politique qui pose de manière radicale les questions du temps présent.
La normalisation des pratiques professionnelles et culturelles étouffe, quelquefois même tue la créativité. Pour vivre, survivre dans ces mondes de la norme et du contrôle, il nous faut passer outre. Entrer dans l’illégalité. Se défaire des règles infondées et quelquefois stupides, produites par les lobbies et ceux qui ne vivent que pour la réussite économique. Trop souvent, accompagnés par les politiques et l’administration européenne.

Le film se déplie et l’essentiel prend forme : «Les politiques européennes nous font obligation à produire et à nous nourrir d’une certaine manière », car « celui qui tient la nourriture, les politiques de la nourriture et l’ensemble des règles qui font obligations au producteur à produire d’une certaine manière, et bien celui-là maîtrise le présent et l’avenir de nos sociétés ».
Il reste à nous défendre, à combattre, à refuser ces orientations mortifères.
Libérons nos imaginaires. Mobilisons nos passés et nos œuvres anciennes. Passés et oeuvres toujours présents, susceptibles de nourrir de nouvelles pratiques et de nouvelles ambitions agricoles.

Il nous faut imaginer d’autres mondes possibles. Des mondes  où la nature ne serait pas réduite à l’état de parure .
Elle est, cette nature, matière à expression, mais elle a aussi en mémoire l’esprit de tous les passés de nos humanités.
Elle est avant toute chose, source de nous-mêmes."
Yvon Minvielle,
Viticulteur Château Lagarette,  
Réalisateur avec Olympe Minvielle du film long métrage « L’ESPRIT DU VIN, le réveil des terroirs »