dimanche 17 octobre 2010

Géniales vendanges 2010 à Lagarette




Cabernet Franc pour la Cuvée CYRUS 2010

Les vendanges 2010 viennent de se terminer. Nous sommes le 15 octobre. Nous vendangeons un mois plus tard qu'il y a cinq années. Réchauffement climatique ? Modification de nos pratiques viticoles ? Réactions et adaptations locales de nos cépages ? Difficile d'apprécier les origines de ce déplacement dans le temps de nos vendanges.

«Génialité des vendanges 2010»
Cette année, les vendanges ont été exceptionnelles par la qualité des raisins, la qualité des levures, la qualité des arômes que nous ont donné les premiers jus. Cette «génialité» de la vendange 2010 peut, elle aussi, avoir plusieurs origines. Certains diront que 2010 est une année très ensoleillée, avec peu de maladies, d'autres penseront avec nous, que la qualité des raisins obtenus, ainsi que la qualité des premiers jus et leurs arômes, c'est aussi le résultat d'un travail engagé depuis maintenant plus de dix années. C'est aussi le produit d’une de pollenisation de nos manières de faire, par les savoirs et les pratiques, de nos proches et amis viticulteurs, membres du Groupe Renaissance des A.O.C.

Partout on parle de «biodynamie» ? Il faudrait s'entendre sur ce qu'est la «biodynamie». Pour nous,il s'agit d'une vision globale, de la nature et de la vie. Il ne s'agit pas uniquement d'une méthode, d'une technique ou d'un ensemble de pratiques plus ou moins irrationnelles. Ce qui importe : c’est cet autre regard que nous portons sur la nature qui nous guide dans nos actions. Regard dont la construction est nourrie de savoirs et de sagesses accumulés par les anciens pendant des millénaires. Il importe de ne pas croire que l'on a trouvé une voie de salut ! Non ! Il s'agit d’une approche patiente de la vie végétale, de la vie animale, de la vie de la terre, de nos vies. Approche patiente qui nous conduit à observer et à accompagner le développement, de la plante et de ses potentialités.

Nous n'avons pas que des amis.«La biodynamie» questionne de manière directe l'agrochimie, et tout son environnement business «douteux». Aujourd'hui résistance et ignorance aux approches et démarches de «la biodynamie» font bon ménage. Elles nourrissent «la réaction viticole», mouvement de pensées où se rassemblent «des réactionnaires progressistes» qui vouent à la religion du progrès (grâce à laquelle ils s'enrichissent), une passion sans limite et surtout sans aucun recul critique. Il nous faudra un jour prendre le temps de dessiner les portraits de ces réactionnaires progressistes qui font tout pour éviter les avancées des vins dits naturels qu'ils soient en «bio» ou en «biodynamie». Beaucoup de méchanceté et d'ignorance, dans leurs pratiques.

Mais cela n'empêchera pas nos vins de se faire est d'être des «vins citoyens» respectueux de la nature et de ceux qui les apprécient. En réplique nous affichons notre engagement sur la qualité du produit, sur la qualité des sols, et du travail fourni pour produire nos vins.
Nous ne sommes ni des "vendeurs d'étiquettes", ni des promoteurs d'A.O.C., aujourd'hui bien fragilisés. Nous sommes des passionnés, passionnés par l'identité du lieu et du terroir, dont nous cherchons à exprimer l'intimité et l'identité, à l’aide de cette belle plante étonnante qui s'appelle vigne...

Aucun commentaire: