vendredi 24 août 2007

Vin de création

Les millésimes et les Cuvées "Renaissance", "Cyrus"..., se succèdent au Château Lagarette. Chacune a sa propre personnalité, résultat d'un long travail pendant l'année, des conditions climatiques de plus en plus difficiles à gérer, des saisons et des vendanges, mais aussi de "l'art de vinifier" sans toxique. Recherche quotidienne inspirée de la sagesse des anciens, complexe, divine et humaine, à laquelle nous sommes très attachés.




En quelque sorte, la création d’un grand vin "naturel" (non toxique) ne peut être le simple résultat, le produit, d’un savoir technoscientifique, acquis sur les bancs de l’école. Non ! Cela ne peut suffire ! Concourent à la création d'un grand vin, bien des parentèles, des filiations et des affiliations, des imaginaires, des passions, des répulsions, de la raison et de la déraison de la souffrance et du plaisir des tentatives réussies et des échecs.

Dans l'instant de la création toutes sortes de mondes sont convoqués. Des mondes présents, passés, petits et grands, porteurs d’initiatives multiples. Tous immobilisent au plus intime, au plus singulier, les actes mêmes de celui qui crée : le maître, la maîtresse de chai.

De ces instants-là, au moment où la création prend forme, on en parle peu. Par pudeur, par crainte, par courtoisie, peut-être. Ou tout simplement parce que ce que l’on fait, ce qui se passe en ces moments ne se laisse pas dire facilement par ceux qui font. Les mots manquent. Ceux qui se forment sur nos lèvres ne disent pas ce qui se fait, mais plutôt ce qui doit être fait, ce qu’il est convenable de faire. Ce sont des mots écrits par d’autres qui s’imposent. Mots bien souvent empruntés à ceux qui n’ont jamais fait ce dont ils parlent.

Distorsions. Surpuissance du langage savant. Oubli et rejet de la poésie au profit du logos savant fait dans les actes même de la création. Ce qui se dit et se partage communément ne parvient que très difficilement à dire ce qui se fait dans les actes mêmes de la création.

Peut-être faudrait-il se contenter de nommer sans chercher à tout expliquer ?

Aucun commentaire: