samedi 9 mai 2015

EXPOSITION UNIVERSELLE A MILAN - LA QUESTION DE LA NOURRITURE !





Les deux grandes visions de l’agriculture mondiale
Et le risque de la troisième…


Le 1er mai 2015 s’est ouvert à Milan l’Exposition Universelle dédiée à la nourriture.


Avantages des grandes manifestations internationales,  elles nous permettent de revenir aux problèmes de fond et d’en déplier, si on le souhaite, les attendus et sous-entendus...

Aujourd’hui deux visions de l’agriculture s’affrontent dans les réponses possibles à la question :
Comment faire pour nourrir la planète  en 2050 ?

Nous serons alors 9 milliards d’humains. Soit plus de 2 milliards qu’aujourd’hui. Et nous savons que dès maintenant chaque année près d’un milliard de personnes affrontent le problème de la faim.

Deux grandes  visions ( ou thèses ) sont à nouveau face à face.

1 - Première thèse. Polyculture et rotation des cultures plutôt que monoculture. Retour en quelque sorte vers un modèle inspiré de l’agriculture familiale  et cela quelque soit la taille des exploitations.

2 - Deuxième thèse. Augmentation des productions spécialisées, intensification  des monocultures,  utilisation de plantes génétiquement modifiées.

Sans grand effort et longues analyses on peut voir que de chaque côté les intérêts économiques et politiques ne sont pas les mêmes.

Mais le risque majeur viendra peut-être de la troisième voie portée par l’ONU  

Troisième voie dont le format n’est pas sans nous rappeler l’agriculture raisonnée. 
C’est la seconde thèse réaménagée dans un discours prudentiel, humaniste, raisonnable et raisonné qui laisse entendre à peu près le propos suivant : “Oui il nous faut faire effort vers du plus naturel, mais cet effort ne peut être ni radical ni brutal, il nous faut ménager tous les intérêts ainsi que tous les événements que nous sommes aujourd’hui contraints de vivre.”
En clair on reste sur la seconde thèse,  mais dans le même temps, on construit et diffuse un discours rassurant pour les démocrates et les écologistes . Discours qui, pensent certains, temporise et éloigne les affrontements possibles.

Et pendant ce temps-là, le temps du débat, on prendra tout ce qu’il est possible de prendre et d’accumuler.

Y aurait-il du lobby là derrière et du politique faiblard et renonçant juste devant nous?

 “Mon Dieu” ou “diable”, comme on voudra, nous sommes vraiment de désagréables sujets posant sans cesse des questions dérangeantes !

yvonminvielle.thesee@orange.fr

Aucun commentaire: